ELECTIONS LÉGISLATIVES 2022 : Des responsables de mbour et Diass expliquent les raisons de la défaite…

La défaite de la mouvance présidentielle dans les communes de Mbour et de Diass continue de susciter des commentaires.

A la suite de notre papier donnant certains facteurs explicatifs de cette déroute de Benno Bokk Yakaar dans ces deux communes dont les premiers magistrats s’étaient brillamment illustrés lors des dernières élections locales de janvier dernier, les réactions ont fusé de toutes parts pour saluer la justesse de notre analyse mais aussi pour apporter des précisions et de nouveaux éléments à prendre en considération.

CHEIKH TIDIANE DIOUF, ANCIEN MAIRE DE DIASS : « J’ai vraiment mouillé le maillot »

Parmi les réactions enregistrées dans la commune de Diass, celle de Cheikh Tidiane Diouf, l’ancien maire socialiste de la commune défait lors des élections locales par Mamadou Ndione, patron du COSEC et candidat à ces joutes électorales de la coalition Euleuk Sénégal. Pour l’ancien maire de Diass, les populations n’ont sanctionné ni Mamadou Ndione encore moins lui qui se prévaut, en une année de gestion, d’un bilan plus que reluisant. « Lors des dernières locales, les populations m’ont fait comprendre clairement qu’elles n’étaient pas contre moi mais ne pouvaient pas voter Benno Bokk Yakaar qui a toujours laissé les fils de la commune en rade aussi bien lors des investitures pour la députation que pour les autres
postes dans les différentes institutions mises en place.

Mamadou Ndione a gagné les locales sous les couleurs de Euleuk Sénégal. Pour ces législatives, il a été tout simplement victime des mêmes causes qui m’ont fait perdre la mairie. Il faut que notre coalition revoie sa stratégie dans cette commune en commençant par récompenser véritablement ses fils. Personnellement, j’ai accepté ce qu’aucun maire n’a accepté avant moi. Depuis 2012, j’étais le principal collaborateur du défunt maire Alioune Samba Ciss, alors coordonnateur communal de Benno Bokk Yakaar. En responsable discipliné, je me suis toujours soumis à son autorité.

Quand je l’ai remplacé à la tête du conseil municipal de Diass et ai hérité du poste de coordonnateur communal de Benno Bokk Yakaar, beaucoup de leaders n’ont pas voulu se ranger derrière moi. Or, pour ces législatives, je suis venu spontanément me mettre derrière Mamadou Ndione conformément à la discipline et au courage qui m’ont toujours animé. Et j’ai véritablement mouillé le maillot. Avant et pendant la campagne électorale, j’ai convoqué des assemblées générales pour inviter les militants du Parti socialiste à voter Benno Bokk Yakaar.

Mamadou Ndione et les autres responsables de la coalition ont tous salué mon engagement. D’ailleurs, Mamadou Ndione m’a fait l’honneur de recevoir chez moi le comité électoral départemental de BBY Mbour. Normalement, avec mes plus de 4000 voix obtenues aux locales et les 5035 voix de Mamadou Ndione, nous aurions pu venir à bout de YAW comme vous l’avez parfaitement illustré dans votre dernière analyse, mais la frustration des populations saafi était grande. En effet aucun fils du terroir n’était sur les listes contrairement à la coalition AAR qui en avait investi six dont dans le seul village de Toglou. Pour le reste, la vague déferlante du changement ne nous a pas épargnés », nous confie Cheikh Tidiane Diouf qui demande la remobilisation des troupes en vue des échéances futures.

A Mbour, seuls Omar Sy et Cheikh Issa Sall auraient participé au financement de la campagne

La défaite de Benno Bokk Yakaar dans la commune de Mbour qui regroupe un nombre impressionnant de cadres de la mouvance présidentielle notamment des directeurs généraux (Saliou Samb, Pape Amady Ndao, Cheikh Issa Sall…), de député (Sira Ndiaye et Yacine Ndao), de Haut conseiller de la République (Mouhamadou Barro), de PCA (Amadou Diba, El hadji Seck Ndiaye Wade) entre autres a été plus forte-
ment ressentie. En plus de ces responsables, par l’entremise de Saliou Samb, le président de la République Macky Sall avait reçu, la veille des élections législatives, la plateforme And Suxxali Nap Sénégal (Ensemble pour le développement de la pêche au Sénégal) – des acteurs de la pêche artisanale qui voulaient participer aux législatives. Une enveloppe de 30 millions de F CFA avait été octroyée à ce mouvement pour prêter main forte à Benno Bokk Yakaar. Mais, comme Djiby Ciss de Diass, ces acteurs de la pêche ont tourné casaque après avoir empoché l’argent du Président.

Certains cadres de la mouvance présidentielle ont ainsi bu le calice jusqu’à la lie. Dans le centre de vote Omar Guèye, qui est l’un des plus grands de la commune avec 18 bureaux, El Hadji Gueye, le responsable départemental de Rewmi, et El Hadji Fallou Sylla, le patron du Parti socialiste communal, ont été défaits. Ces responsables ont eu 1519 voix contre 2260 pour YAW. Le centre Cheikh Ahmadou Lo de Coosé, qui est le fief des candidats Omar Sy, Fatou Faty et du directeur général de l’APDA, Pape Amady Ndao, est également tombé dans l’escarcelle de YAW qui y a collecté 1286 voix contre 1214 pour BBY. Au centre de Saint-Esprit, Bocar Ly, l’ancien Dg de la SAPCO, a aussi capitulé devant YAW (466 contre 480). Au centre de vote Badara Sarr, le président du conseil départemental, Saliou Samb, a été battu par YAW qui se retrouve avec 216 voix contre 155.

Abdou Lahad Sarr, le DAGE du ministère des Infrastructures et des Transports terrestres, victime d’une fracture de la jambe gauche le jour de la tabaski, veille du démarrage de la campagne électorale, n’a pas pu faire mieux au centre Cheikh Ahmadou Lamine Dabo où BBY n’a pu engranger que 575 voix contre 605 pour YAW. Au centre Cheikh Demba Niang, le PCA du Conseil d’administration de la Société de Gestion du Patrimoine bâti de l’État, El Hadj Seck Ndiaye Wade, a été aussi battu par YAW qui a obtenu 1562 voix contre 1208 pour BBY. La candidate socialiste, Yacine Ndao, n’a gagné, elle, que d’une toute petite voix devant YAW (1343 -1342).

Dans la commune, la seule éclaircie vient du maire Cheikh Issa Sall qui a gagné de justesse le centre Tafsir Demba Sall qu’il partage avec la députée Siré Ndiaye qui est un poids plume en termes de mobilisation. Dans ce centre, BBY a obtenu 1628 voix contre 1166 pour YAW de Ousmane Diop. Également au centre Nicolas Songo Faye, Mahmouth Saleh, le Dircab du chef de l’Etat, son jeune frère Ibrahima Ndiogou Hann, Aida Ba n’ont gagné aussi que de justesse devant YAW et Wallu. En effet, BBY a obtenu dans ce centre 764 voix contre 493 pour YAW et 216 pour Wallu.

CHEIKH ISSA SALL : « Hormis Omar Sy, aucun responsable local n’a participé au financement de la campagne »

« Je n’ai jamais demandé, en aucun moment, aux responsables de Mbour de se focaliser sur le département et de me laisser la commune. Dans ces législatives, je n’étais ni titulaire, ni remplaçant dans le match. J’étais dans l’équipe et j’ai mouillé le maillot pour défendre nos couleurs. J’ai dépensé mon énergie et mon argent dans cette campagne. A Darou Salam, nous avons été surpris par la pluie et je suis resté sur place pour continuer la mobilisation et faire face aux dépenses.

Hormis Omar Sy, investi sur la liste départementale, aucun autre responsable communal de Mbour n’a sorti un seul centime dans cette campagne que j’ai financée intégralement. Même les investis ont bénéficié de mon soutien financier. Donc, ce n’est même pas responsable de fuir ses responsabilités après la déroute. Nous avions monté des comités électoraux dans tous les centres de vote de la commune et chacun avait une
tâche précise. Le Président sait ce qui s’est passé dans la commune et ceux qui n’ont pas véritablement joué le jeu. Il y en a même qui n’ont pas voté tandis que d’autres sont venus voter pour reprendre aussitôt la route.

Si les gens pensent qu’en croisant les bras, ils vont faire du tort à Cheikh Issa Sall, ils se trompent lourdement. Moi, j’ai gagné largement mon centre de vote et je n’ai pas ménagé mes efforts pour une victoire finale. En réalité, ces législatives ne sont que la prolongation des élections locales. D’aucuns digèrent encore mal que Cheikh Issa Sall ait été choisi comme candidat à la mairie par le Président et qu’il ait gagné avec un large écart.

Et pourtant beaucoup de responsables de BBY n’avaient pas voté pour moi. Je les connais tous et peux citer un à un leurs noms. Les 17 000 électeurs que nous avons engrangés à Mbour lors des locales constituent notre électorat. Lors des locales, ces responsables auxquelles je fais allusion n’ont pas voté pour Cheikh Issa Sall et ont donné leurs votes soit à Omar Sy soit à YAW.

Si vous ajoutez les 11 500 voix de YAW lors des locales aux 6400 de Omar Sy et les 5400 de Fallou Sylla, vous avez les 22 000 engrangées par YAW le dimanche 31 juillet dernier. Nous nous connaissons tous entre responsables de Benno Bokk Yakaar et ceux qui ont failli se reconnaitront et ont été identifiés ».

CHEIKH NDIAYE PDT KADDU MBOUR « Nous avons sanctionné Macky Sall »

«Il faut dire que, pour ces législatives, les populations ont sanctionné les transhumants ou la félonie à Mbour. Aussi bien le candidat Omar Sy que l’ancien maire Fallou Sylla avaient annoncé leur retrait de BBY. De même que d’autres candidats sur la liste. Mais celui qui a été le plus sanctionné à Mbour, c’est le président de la République Macky Sall qui, en plus de laisser le flou sur une troisième candidature, n’a véritablement pas répondu aux attentes des populations.

Mbour n’a pas un hôpital digne du nom, les infrastructures routières font encore défaut, les responsables de BBY passent leur temps à s’entredéchirer et font semblant d’être unis lors des échéances électorales alors que chacun manœuvre contre l’autre. Les populations ont sanctionné tout cela en plus de leur arrogance et de l’injustice érigée en mode de gestion. Macky Sall, qui avait banni la transhumance, ouvre maintenant grand ses bras pour les recevoir en grande pompe et a fini de faire de notre Palais une permanence de Benno Bokk Yakaar. Même lors des locales, les gens ont voté pour Cheikh Issa Sall mais étaient réticents pour voter Macky Sall.

Même à Malicounda où Maguette Sène avait gagné aux locales avec plus de 80 %, BBY n’a eu cette fois-ci que 55 %. A Diass, le maire avait gagné sous d’autres couleurs mais, une fois dans le Benno, il a tout perdu. Donc c’est Macky Sall, le premier responsable de la défaite. Ensuite, la mobilisation était plus belle du côté de YAW dans la commune de Mbour. Les populations suivaient les caravanes de Yewwi spontanément alors que les responsables de BBY ne pouvaient rien mobiliser sans sortir de l’argent…»

letemoinweb

Chéf de Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

Équipe de France : Deschamps calme Zidane sur sa succession...

lun Août 8 , 2022
La Coupe du monde 2022, qui se déroulera au Qatar du 21 novembre au 18 décembre 2022, arrive très vite. L’équipe de France, tenante du titre, est évidemment très attendue et la liste des 23 ou 26 joueurs retenus devrait être connue «durant la dernière semaine de compétition avant notre […]