Les ménagères ne savent plus où donner de la tête

Depuis quelque temps le marché connait une grande fluctuation des prix des denrées de première nécessité. Tout est devenu plus cher. Même les friandises pour enfants n’échappent pas à la hausse. Les prix du riz, de l’huile, du sucre, du lait, du gaz, du poisson, de la viande etc., ont pris l’ascenseur au grand désarroi des ménages.

« Tout est cher dans notre pays », c’est la rengaine générale. Tout le monde se plaint. Que la bourse soit garnie ou modeste, tout le monde subit cette hausse généralisée des prix des denrées de première nécessité. Ce qui crée un impact direct sur le panier de la ménagère.

Du riz à

la viande, de l’huile au lait en passant par le poisson en passant par les différentes bonbonnes de gaz, tout est devenu inaccessible pour le consommateur. Face à cette cascade de hausse des prix les ménages ne savent plus à quel saint se vouer. Ce dès lors, que chaque jour, de nouveaux prix s’affichent dans le commerce.

Des prix toujours plus élevés. Une cherté de la vie qui fat que beaucoup de ménages ne mangent pas à leur faim. Ce qui fait dire au sieur M. Marcel Bocoum que le président Macky Sall a raté sa politique alimentaire.

Car, estime notre interlocuteur, en 2014, il avait une idée pertinente pour l’autosuffisance en riz. Mme Maimouna Mballo, très remontée contre cette flambée des prix, pense que cette dernière n’est que la conséquence d’un retour de boomerang avec les sanctions économiques drastiques infligées au Mali par la CEDEAO qui se combinent à celles imposées à la Russie.

Ce qui lui parait excessif pour les peuples d’Afrique subsaharienne. Quant au sieur Ismaïla Sylla, il pense qu’il est temps de changer notre alimentation. Ce qui est plus facile à professer qu’à appliquer. La preuve par le coût de notre traditionnel ‘’thiébou Dieune’’ qui ne peut se cuisiner sans l’huile dont
le prix du bidon de 5 litres est passé de 5.500 à 7.500 F cfa. Le seau d’huile de 60 dosettes passe, lui, de 16.500 à 24.

900 francs. Quant à la bouteille de 20 litres d’huile, son prix a bondi de 17.000 à

  1. 000 francs. Le riz parfumé dont le kg
  2. était fixé à 500 francs est vendu aujourd’hui à 800 FCFA voire 1000 FCFA. Quant aux légumes, le marchandage
  3. pour les acheter commence à donner
  4. des migraines aux ménagères. « Le plus
  5. grave est que chacun semble appliquer
  6. son prix. Les prix fixés par les boutiquiers
  7. d’un même quartier varient souvent. On
  8. assiste à une sorte de libéralisation des
  9. prix. Ce qui est extrêmement grave,
  10. surtout dans un pays qui se dit organisé »,
  11. déplore la dame Aicha Diallo à propos
  12. de cette fixation des prix selon les hu-
  13. meurs des commerçants. « Depuis quand

le kg du lait est-il fixé à 8000 FCFA ? Vraiment vous exagérez. Vous êtes en train de faire du n’importe quoi. Vous fixez vos prix comme bon vous semble », lance une dame, teint clair, lunettes de soleil, drapée d’un tissu wax de couleur bleue, très en colère au commerçant qui venait de lui dire que le kg de lait coûte 8000 FCFA.


Au marché Castors de Dakar, les clients ne font que se plaindre à cause de la cherté des condiments. Le poisson a également subi cette règle haussière, un « seudd entier » qui coutait il y a quelques jours 14 000 FCFA et qui pouvait tenir durant un mois au frigo, est introuvable et pour l’avoir actuelle-
ment, il faut casquer entre 20000 et 25000 FCFA voire plus..

« Au départ, j’avais cru comprendre que cette hausse ne concernait que les produits importés, mais je me trompais lourdement », déplore une ménagère qui est sortie dépitée de son tour du marché.

Même les produits comme l’eau, les bouillons, connaissent une légère hausse. Une tendance qui n’est pas près de s’arrêter avec la Tabaski qui approche. Autant dire que les ménages doivent se prépa-
rer à vivre des moments très difficiles…

Chéf de Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

La politique a cessé d'être un sacerdoce au Sénégal.

jeu Juin 2 , 2022
L’action politique est devenu un jeu; et le jeu est s’est révélé dangereux avec l’émergence d’une nouvelle classe politique qui ne se connaît pas de limite. Nous regrettons l’époque ou l’homme politique avait conscience de sa responsabilité et se soucier beaucoup de sa respectabilité. La politique sénégalaise n’est plus cette […]