LEGISLATIVES : Aliou Sall, victime de sa consanguinité avec Macky et de l’hostilité de Marième ?

L’ex-maire de Guédiawaye n’est pas investi pour les prochaines législatives à Guédiawaye. Pourtant, Aliou Sall jouit toujours d’une forte popularité au sein de la population de cette ville de banlieue et aussi du département qu’elle polarise. Selon des sources dignes de foi, il ne serait pas investi pour deux principales raisons : il n’est pas en de très bons termes avec la Première dame, Marième Faye Sall, ce qui est un secret de Polichinelle. En plus du fait de sa consanguinité avec Macky Sall, ce dernier ne voulait pas l’investir sur les listes afin d’éviter d’animer une éventuelle polémique sur une dévolution monarchique du pouvoir.

Aliou Sall et ses partisans continuent de ruminer en silence et avec courage leur défaite subie lors des dernières élections locales. Mais si, pour certains, cette défaite constituait une divine surprise, pour d’autres, en revanche elle est la bienvenue pour anéantir les ambitions politiques du frère du président de la République. Dans ce lot se trouve la Première dame, Marième Faye Sall, dont l’inimitié avec le frère cadet de son mari est connue de tous.

D’ailleurs, certains partisans d’Aliou Sall soupçonnent l’épouse du président de la République d’avoir financé en sous-main l’actuel maire de Guédiawaye Ahmet Aïdara pour combattre leur mentor. Pour étayer leurs propos, ils citent le cas de l’ex-député Seydina Fall Bougazelli qui, en dépit des injonctions de Macky Sall de faire bloc autour d’Aliou Sall, se livrait à des attaques à outrance contre ce dernier. Sans compter Lat Diop, adversaire déclaré du frère du président (même si les deux hommes ont officiellement fumé le calumet de la paix à quelques mois des élections locales) bombardé à la tête de la très juteuse Lonase pour contrecarrer leur champion.

« Marième Faye Sall n’a jamais voulu qu’Aliou Sall obtienne des postes électifs encore moins nominatifs. Elle n’a jamais gobé le poste de directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations offert à ce dernier par son frère. Elle fait semblant d’ignorer que, bien qu’ayant un frère président la République, Aliou Sall a usé de ses coudes et de son intelligence pour se frayer un passage dans le landerneau politique » confie un des proches de l’ex-maire de Guédiawaye. Selon toujours notre interlocuteur, le président Macky Sall n’a pas voulu prendre le risque d’investir son jeune frère aussi bien sur la liste départementale que sur la nationale.

« Macky Sall connaît le potentiel de son frère. Il ne voulait pas l’investir pour éviter que, si ce dernier est élu député, il atterrisse dans le douillet fauteuil du président de l’Assemblée nationale et alimente ainsi la polémique sur une éventuelle dévolution monarchique du pouvoir » soutient le partisan du fondateur de Renfort. Quelles conséquences politiques de la mise à l’écart d’Aliou Sall ? Aux dernières locales, malgré sa défaite, Aliou Sall avait fait une bonne prestation.

La coalition YAW l’avait certes emporté mais l’écart n’était pas très important. Autre- ment dit, l’ancien maire de Guédiawaye jouit encore d’une grande popularité au sein de la population de ce département
de banlieue, en dépit de sa défaite. La paire constituée de la ministre Néné Fatoumata Tall et du Dg Baïdy Bâ aura-t-elle plus de chance que lui ? Rien n’est moins sûr d’autant que tous les deux avaient été battus eux aussi à plate couture par la vague déferlante YAW. D’ailleurs, selon nos sources, c’est le duo Racine Talla et Néné Fatoumata Tall qui aurait été choisi dans un premier temps par la coalition Benno Bokk Yaakar (BBY) pour diriger la liste départementale. Le directeur général de la RTS aurait décliné l’offre craignant des votes sanctions des partisans d’Aliou Sall du fait des attaques répétées de ses affidés et de lui-même à l’encontre de l’ex-premier magistrat de la ville de Guédiawaye.

Que dire Lat Diop de la Lonase ? Son poids électoral laisse encore à désirer car la coalition BBY l’avait investi comme candidat pour la mairie de Golf Sud que dirigeait Aïssatou Sow Diawara du Parti socialiste. Du fait que le DG de la Lonase voulait prouver à son mentor et président de la République qu’il était très populaire dans son fief de Guédiawaye, des lobbyings intenses ont été faits pour défénestrer la socialiste Aïssatou Sow Diawara et annihiler en même temps les ambitions du ministre de la Jeunesse : Néné Fatoumata Tall. Ces lobbyings avaient payé puisque Lat Diop avait été investi avec le résultat que l’on sait. Il avait été battu à plate couture par une illustre inconnue.

Aujourd’hui, il s’attaque avec un langage de charretier à Ousmane Sonko, leader de Pastef les Patriotes dont l’une des militantes Khadija Mahécor Diouf est l’actuelle édile de Golf Sud. Cette dame sortie de nulle part a laminé le Dg de la Lonase dans la petite commune de Golf-Sud. En écartant Aliou Sall, Macky Sall va compter sur des responsables comme Lat-Diop, Aïda Sow Diawara, Racine Talla, Néné Fatoumata Tall qui ont été battus — sauf le Dg de la Rts quand même — par la vague déferlante de Yewwi lors des locales. La mise sur la touche d’Aliou Sall pourrait en tout cas coûter très cher à la coalition BBY.

En tout état de cause, Aliou Sall veut devenir une réalité politique au Sénégal. « Tant que son frère Macky Sall sera candidat, il le soutiendra. Mais lorsque ce dernier quittera le pouvoir, Aliou Sall se positionnera comme une alternative politique sérieuse au Sénégal » soutient ce proche du frère du président Macky Sall cité plus haut. Pour le moment, leur mouvement dénommé « Renfort » va continuer de se massifier en tentant de mailler tout le territoire national.

Thierno Assane Bâ

Chéf de Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

COALITION NATAANGUÉ SÉNÉGAL : Cheikh Alassane Sène destitué au profit du Dr Mouhamed Diallo..

mar Juil 5 , 2022
Depuis le 1er juillet, la tête de liste de la coalition Nataangué Sénégal, Cheikh Alassane Sène, a été destituée de ce poste qui revient désormais au coordonnateur Dr Mouhamed Diallo. Un changement motivé par les décisions prises par Cheikh Alassane Séne de changer les mandataires et autres plénipotentiaires de la […]