LE SÉNÉGAL VISE UN TAUX BRUT DE PRÉSCOLARISATION DE 64,4% POUR 2030 (DG ANPECTP)

Le Sénégal veut hisser le niveau de son taux éducatif. « Il me plaît de rappeler que l’Etat du Sénégal ambitionne de réaliser un taux brut de préscolarisation de 64,4% et une prise en charge de 15% des enfants âgés de 0 à 3 ans, à l’horizon 2030’’, a dit Maïmouna Cissokho, la Directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits (ANPECTP),ce mardi, à l’occasion de la cérémonie de signature des lettres d’engagement avec les maires des collectivités territoriales du département de Dagana.

Pour y arriver, l’Etat compte s’appuyer sur la diversification de l’offre communautaire avec l’accompagnement des collectivités territoriales, a-t-elle ajouté.

La Directrice générale de l’ANPECTP a noté qu’avec un taux brut de préscolarisation national de 17,3% actuellement, il y a beaucoup d’efforts à faire pour atteindre cet objectif.

Selon elle, « pour relever le taux brut de préscolarisation, le projet de développement de la petite enfance, financé par la coopération coréenne KOICA, envisage, entre autres activités, la mise en place de plateformes communautaires de prise en charge des tout-petits, avec l’accompagnement des collectivités territoriales ».

« Ledit projet constitue une opportunité à saisir pour promouvoir le modèle communautaire, en collaboration avec les collectivités territoriales » qui ont permis « de mettre en place 22 cours de préscolarisation dans le département de Dagana avec des perspectives d’en ouvrir davantage », a-t-elle estimé.

Pour elle, « cet engagement prouve qu’ils ont compris la rentabilité d’investir sur la petite enfance et que cette dernière est un de leurs domaines de compétence’’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

Affaire des pêcheurs sénégalais capturés en terre guinéenne : Alioune Ndoye invite les siens au respect des protocoles d’accord de pêche maritime

mar Mai 31 , 2022
L’affaire des pêcheurs sénégalais arrêtés en Guinée revient au-devant de la scène. Le ministère de la pêche et de l’économie maritime, Alioune Ndoye, est en train de voir la manière de dérouler les échanges. Cependant, l’absence d’un cadre de coopération entre les deux pays bloque quelque peu l’entame des négociations. « Il s’agit […]