Mandats illimix : Macky, au-delà de 2024

Son excellence M. Macky Sall est désireux d’un troisième mandat à l’élection présidentielle de 2024.c’est ce dernier qui fait objet de débat. Certains des alliés du président voire même l’opposition, ne veulent pas de cette troisième candidature .

Macky lui-même a un alibi ;s’agissant  des lenteurs administratives qui l’empêchent, de mener ses chantiers comme il le souhaite et d’avoir un bilan à laisser à la postérité, d’après lui. Le père de la nation dit que ces procédures retardent la formulation et l’exécution des projets. 

«Nous disons qu’il faut limiter les mandats en réduisant la durée de la présence à la tête de l’État. Mais les procédures, qui datent des années soixante, sont toujours les mêmes qui conditionnent les décaissements. Alors quand est-ce que les régimes mis en place vont avoir un bilan ? On risquerait de virer des régimes tous les cinq ans et ça va être un éternel recommencement qui est contraire à l’idée du développement»,

dixit il lors de l’audience accordée jeudi dernier aux jeunes leaders africains. Les 12 ans que celui-ci  passés à la tête du Sénégal ne suffisent pas. Pourtant, ailleurs, les présidents se contentent d’un seul mandat de six ans non renouvelable. Comme par exemple, aux Etats unis, c’est deux mandats de 4 ans.

Sur sa page Facebook, M. Birahim Seck du forum civil il affirme que le président ne peut pas se défausser sur les procédures au début de son premier mandat et le refaire à la fin de son ultime mandat, alors qu’il a eu dix ans pour réformer et digitaliser les procédures, en profondeur. 

«Monsieur le Président de la République, les partenaires techniques et financiers vous ont-ils exigé à emprunter leur argent? Si c’est non, il faut, donc, nécessairement respecter leurs procédures de décaissement et de passation car, eux, ils veillent scrupuleusement sur  l’argent de leurs concitoyens et des investisseurs, en prêtant à d’autres pays; Monsieur le Président de la République, il ne faut pas oublier que vous aviez changé le Code des marchés en 2014 pour raccourcir les délais, relever les seuils de passation de marchés, sous prétexte que les procédures étaient longues», 

dixit-il.

Pour le respect de  la limitation des mandats, le peuple sénégalais aura son mot à dire, le moment venu, en tant que dépositaire de la souveraineté. Affirme le coordonnateur du forum civil Birahim seck.

Chéf de Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

Affaire Dubaï Porta potty-Halima Gadji : « Parfois j’ai eu de l’argent sale mais… »

mar Mai 10 , 2022
Ce débat qui occupe une place très importante dans les médias ces temps-ci reste discutable. Les célébrités africaines, surtout sénégalaises sont pointées du doigt dans cette affaire. Cette célèbre actrice sénégalaise, Halima Gadji, plus connue sous le nom de Marème Dial, dans cette série « MAITRESSE D’UN HOMME MARIE » revient sur […]