En continu

ZONE SUD : La casamance, l’armée dément la mort de soldats dans le Nord Sindian

Vue: 114
0 0

Casamance, est frontalière de la Gambie au nord, de la Guinée-Bissau et de la Guinée au sud et de la région de Tambacounda délimitée par la rivière Koulountou à l’est. Elle est bordée par l’océan Atlantique à l’ouest. La Casamance représente un septième de la superficie totale du Sénégal.

’’Cet incident est survenu le trois (3) février 2021 lors de l’attaque de la position adverse de Badiong au cours de laquelle un militaire du 3e Bataillon d’infanterie a reçu un éclat qui lui a causé une légère blessure au bras. Immédiatement pris en charge au plan médical, son état est très stable’’, a précisé la DIRPA.
 
Le communiqué signale qu’’’un autre incident a opposé une patrouille militaire à trois éléments armés, le 6 février 2021, dans le Nord Sindian’’ et que ‘’l’action déterminante de notre patrouille a obligé ces éléments armés à battre en retraite vers le nord’’.
 
La DIRPA assure qu’’’en tout état de cause, les Armées sénégalaises restent convaincues du sens de discernement de nos compatriotes et de l’opinion publique’’.
 
’’Du reste, rien ne saurait entamer leur ferme détermination à remplir leur mission régalienne de protection des populations et de défense de l’intégrité du territoire national’’, conclut-elle dans le communiqué.
 
Depuis le 25 janvier dernier, l’Armée nationale mène des opérations de sécurisation dans la partie Sud du pays pour faciliter et encadrer le mouvement de retour des populations déplacées et combattre les trafics multiformes qui développent une économie criminelle en Casamance et sur la bande frontalière avec la Guinée Bissau et la Gambie voisines 
 
Au cours de ces opérations, les Armées sénégalaises ont repris les quatre bases du Front Sud du Mouvement des Forces démocratiques casamançaises (MFDC, rébellion) que sont Badiong, Sikoune, Boumane-Bilass et Boussoloum. Ces bases démantelées constituaient des sanctuaires symboliques pour le mouvement irrédentiste.