SICAP SACRÉ-CŒUR, LIBERTÉ ET MERMOZ : Les casseroles ont baissé d’intensité…

Contrairement au « Bercy I » de la semaine dernière où les populations des Sicap SacréCœur, Liberté et Mermoz avaient réussi le pari du tintamarre, l’acte II du « Sonko Bercy » a été marqué par une nette baisse d’intensité.

Contrairement au « Bercy I » de la semaine dernière où les populations des Sicap SacréCœur, Liberté et Mermoz avaient réussi le pari du tintamarre, l’acte II du « Sonko Bercy » a été marqué par une nette baisse d’intensité. L’impression générale c’est que les casseroles et marmites de Yaw et Wallu semblent être « trouées » par les préparatifs de Tabaski et les examens de fin d’année scolaire. Hier, le concert de casseroles de « Bercy II » lancé par l’inter-coalition Yaw et Wallu n’a pas connu le tintamarre escompté par les organisateurs.

En tout cas pas dans les quartiers Sicap Sacré-Cœur, Liberté et Mermoz où seuls quelques habitants sont sortis pour répondre à l’appel des casseroles. D’où la baisse d’intensité des ustensiles et autres vaisselles malgré le renfort des automobilistes et des motards qui ont fait un tintamarre avec leurs klaxons klaxons. Ce, contrairement à la première casserolade « Bercy I » au cours de laquelle les populations étaient non seulement sorties massivement mais aussi s’étaient fait entendre très bruyamment afin d’inviter le régime de Macky Sall à sauvegarder les acquis démocratiques et
respecter l’Etat de droit.

En sillonnant les deux sens de la Vdn séparant les deux Sicap Sacré-Cœur 3, quelques riverains munis de leurs casseroles peinaient à se faire entendre. « Heureusement que les automobilistes et les conducteurs de sccoters ont relayé leur bruit de faible intensité » se désole un agent d’une société de gardiennage en faction devant une banque en bordure de la Vdn.

Partout dans ces quartiers, c’est le même constat : le mot d’ordre ou le « son d’ordre » lancé par l’opposition n’a pas été largement suivi. Sauf au Terminus Liberté 6 et Rond Point « Jet d’eau » menant vers les Niary Tally où de nombreux riverains se sont manifestés à coups de casseroles, de bols, de marmites et autres ustensiles en signe de protestation. Dans certaines grandes artères, aussi, scootéristes et automobilistes ne se faisaient pas prier pour s’associer à la bronca. À chaque camp son « numéro » de tintamarre.

Ce même si, à ce jeu, ce sont les automobilistes et les scootéristes qui ont gagné avec des klaxons longs et abusifs. Pendant ce temps, au niveau du carrefour « Casino-Liberté », une déferlante humaine s’est signalée dans les ruelles de la « Sicap Rue 10 » paralysant ainsi la circulation des personnes et des biens.

Ou alors des personnes et des travaux du Bus Rapid Transit (Brt) pendant quelques minutes. Pour l’occasion, des bruits de casseroles, des coups de sifflets et des chansons étaient bien perceptibles. Dans l’ensemble, cependant, force est de constater que l’Acte II de cette forme de protestation inhabituelle a baissé d’intensité dans de nombreux quartiers des Sicap que nous avons sillonnés.

Chéf de Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

Afrique : « Cet espoir de voir une Afrique sans violence doit partir du Sénégal »

sam Juil 2 , 2022
Invité d’honneur du Sénégal pour la clôture de la session 2021-2022 de l’Assemblée nationale qui coïncide aussi avec le départ de Moustapha NIASSE, l’homme d’affaire ivoirien et actuel président de l’Assemblée nationale de la Côte d’ivoire a lancé un message. Invité d’honneur du Sénégal pour la clôture de la session […]