« Sanctions progressives ». Pour la Guinée

Face au refus de la junte Guinéenne de rendre le pouvoir aux civils.

Les dirigeants des États ouest-africains réunis sommet extraordinaire ont décidé de prendre des « sanctions progressives ». Tous les dirigeants ouest-africains réunis à New York – à l’exception du Mali, de la Guinée et du Burkina dirigés par des juntes et suspendus de la Cedeao – ont également réclamé la libération de 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, ce qui avait déclenché une grave querelle entre les deux pays.

« Nous condamnons l’arrestation des militaires ivoiriens. Mardi (27 septembre, NDLR), la Cedeao dépêchera au Mali les présidents du Ghana, du Togo et du Sénégal pour obtenir leur libération. […] L’heure des coups d’État est révolue », a martelé Omar Aliou Touray.

C’est la Côte d’Ivoire qui avait appelé il y a huit jours à la tenue d’un sommet « dans les meilleurs délais » devant l’aggravation du contentieux avec le Mali, réclamant même des sanctions contre son voisin.

Afrique NOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

Assemblée : BALDE crache sur la présidence d’une commission.....

ven Sep 23 , 2022
Le patron des «centristes» a, en effet, décliné le poste de président de la Commission de la défense et de la sécurité que lui avait réservée la coalition Benno qui s’est Le patron des «centristes» a, en effet, décliné le poste de président de la Commission de la défense et de la […]