En continu

Covid-19 : le test anal, jugé plus fiable, de plus en plus utilisé en Chine

Vue: 151
1 0

 Chine recourt de façon croissante aux dépistages Coronavirus rectaux pour tester les sujets à risque et les voyageurs arrivant de l’étranger. La mesure fait polémique en chine et partout dans le monde.

Si vous avez eu droit à un test Coronavirus, vous savez à quel point il est désagréable de se faire gratter avec un long coton-tige. En France, comme dans la majorité des pays du monde, les vaccins tests de dépistage du covid-19 sont effectués par frottis dans le nez ou la gorge. Mais ce n’est pas la seule option : en Chine, on recourt de façon croissante aux dépistages… rectaux. Une méthode « qui fait polémique,

elon la télévision publique CCTV, des résident.e.s de plusieurs quartiers de Pékin capitale du nord  ont déjà été soumis.e.s à un écouvillonnage rectal. La mesure est également imposée aux personnes placées en quarantaine obligatoire dans les hôtels, notamment, des voyageur.se.s en provenance de l’étranger. Mais pourquoi ce test a priori curieux ?

Le test anal plus efficace que le test nasal ?

Selon Li Tongzeng, médecin de l’hôpital You’an de Pékin interrogé par la télévision chinoise, le dépistage rectal « permet d’augmenter le taux de détection des personnes infectées ». Comme le rappelle l’AFP, le coronavirus reste en effet présent plus longtemps dans l’anus que dans les voies respiratoires. Une étude parue en août 2020 dans la revue Future of medecine corrobore cette affirmation. L’AFP note que selon CCTV, les tests rectaux n’ont pas vocation à être généralisés car ils ne sont « pas assez pratiques », contrairement aux tests PCR classiques

Laisser un commentaire