D’UN MONTANT DE 343,5 MILLIARDS DE FRANCS : Les secrets de la Loi de finances rectificative 2022

Les contours de la Loi de finances rectificative d’un montant de 343,5 milliards de frs adoptée ce mercredi en Conseil des ministres sont connus. Alors que l’Etat était sur la rampe du redressement et de l’assainissement des finances publiques post-covid-19, la crise ukrainienne, le reconfinement de la Chine, l’embargo sur le Mali et les revalorisations salariales accordées aux travailleurs de certains secteurs en grève ont dicté l’élaboration de la loi de finances rectificative 2022. Le montant retenu de 343,5 milliards de frs va essentiellement être orienté pour soulager les ménages à travers notamment des subventions à l’électricité, au carburant et aussi des transferts financiers directs aux couches les plus défavorisées.

On connait désormais les véritables soubassements de la Loi de finances rectificative qui sera présentée par le Gouvernement aux députés dans les prochains jours pour son vote. Il ressort du document des services du ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo que le contexte actuel dicté par la crise ukrainienne, le reconfinement de la Chine, l’embargo sur le Mali et la revalorisation salariale a poussé le Gouvernement à prendre des mesures économiques urgentes afin d’atténuer l’impact subi par les populations sur chacun de ces points.


« Alors que l’économie sénégalaise avait amorcé son redressement pour retrouver progressivement sa trajectoire de croissance d’avant covid 19, sous l’effet des politiques d’assainissement budgétaire mises en place par le Gouvernement, conjuguées à l’exécution des mesures du programme économique et financier conclu avec le Fonds Monétaire International dans le cadre de l’Instrument de Coordination des Politiques Economiques, apparaissent plusieurs facteurs incommodants pour les finances publiques et contraires aux prévisions initiales.

Dès lors que les principaux fondements du budget 2022 sont ébranlés, le Gouvernement se doit, conformément aux dispositions de l’article 47 de la loi organique n°2020-07 du 26 février 2022 relative aux lois de finances, de présenter une loi de finances rectificative » expliquent les services de l’argentier de l’Etat. A les en croire, cette loi de finances rectificative « vise le renforcement des mesures d’amélioration et de sécurisation des ressources publiques, la maîtrise des dépenses publiques pour leur plus grande efficacité et la viabilisation de la dette publique.

Aux objectifs cités ci-dessus, s’ajoutent deux objectifs. Il s’agira d’abord d’apporter les réponses budgétaires appropriées face aux difficultés d’approvisionnement en produits pétroliers etensuite de prendre en charge les engagements pris envers nos partenaires sociaux à travers des revalorisations salariales exceptionnelles pour les agents de la Fonction publique ». Les services du ministre Abdoulaye Daouda Diallo ont recensé quatre points d’impact.

D’abord la Crise russo-ukrainienne qui a créé un choc inflationniste, particulièrement sur les produits énergétiques et alimentaires à l’échelle d’une économie mondiale qui sort à peine de la COVID19. Face à cette crise, le levier budgétaire est fortement sollicité pour atténuer son impact sur le panier de la ménagère et sur les produits pétroliers. L’une des mesures phares prises par le gouvernement porte sur les subventions à l’énergie qui ont été révisées et budgétisées à hauteur de 300 milliards FCFA, soit une hausse de 150 milliards FCFA, dans la LFR en vue de faire face à la flambée observée des prix de
l’énergie.

En outre, le reconfinement en Chine a provoqué la raréfaction des produits manufacturiers et du BTP jadis importés de ce pays asiatique. Il a également impacté à la hausse le prix de plusieurs produits de consommation courante des sénégalais. La parade trouvée par le gouvernement va consister à un renforcement du soutien aux prix des produits alimentaires et l’amplification des transferts mo-
nétaires aux populations les plus vulnérables. L’embargo sur le Mali représente le quatrième point d’impact.

Son impact se fait particulièrement ressentir sur les finances publiques du fait que notre voisin est un partenaire stratégique du Sénégal et reste son premier client du Sénégal dans la zone UEMOA. L’économie malienne est fortement interconnectée avec celle de notre pays.

Enfin, il s’agissais pour le Gouvernement de prendre en charge la revalorisation salariale. Dans le souci d’apaiser le climat social, le président Macky Sall a bien voulu autoriser le revalorisation des salaires des personnels des secteurs de l’enseignement, de la Santé, des Forces de défense et de sécurité et des autres agents publics non constitués en syndicats. Toutes ces mesures de revalorisation salariale ont un coût budgétaire de l’ordre de 100 milliards de FCFA.

Les moyens de défense et sécurité renforcés La défense et la sécurité auront leur part dans ce pactole de 343,5 milliards de frs. Seulement, les services d’Abdoulaye Daouda Diallo sont restés muets sur le
montant alloué à ce poste pour cause de « secret défense ».

Tout juste consent-ils ils à dire que des besoins additionnels urgents en matière de sécurité ont été identifiés et pris en charge. Il s’agit notamment d’acquisition de matériels d’équipement de protection et de sécurisation routière ainsi que de construction de centres de formation et d’intervention » indique-t on dans le document.

Autres dépenses prioritaires prises en charge La loi de finances rectificative va prendre en charge la poursuite des travaux du Projet de Développement Inclusif et Durable de l’agro-Business (PDIDAS) antérieurement financé par la Banque mondiale pour 2,6 milliards de frs.

Les impactés de la gare de Petersen à travers le projet Bus Rapid Transit (BRT) et de la mise en œuvre
des projets de dessalement de l’eau de mer et de KMS3 seront financés à hauteur de 2,5 milliards de frs. Il est prévu aussi le financement complémentaire du Fonds d’entretien routier autonome (FERA) pour 13 milliards de FCFA, celui de l’organisation des élections (5,8 milliards de frs).

On retient la prise en charge du financement des espaces services dans le cadre du pro-
gramme Emploi des jeunes pour 800 millions frs, l’achèvement des travaux des universités Amadou Moctar Mbow, Assane Seck de Ziguinchor et El Hadj Ibrahima Niass de Sine Saloum pour un montant total de 5,3 milliards de frs, le complément de financement du fonctionnement des Universités et des œuvres universitaires pour un montant de 9,920 milliards de frs.

Le renforcement des moyens de collecte et de gestion des ordures ménagères pour 10 milliards de frs, la poursuite du projet d’assainissement de Touba pour 4 milliards de frs et le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes Frontaliers (PUMA) pour 1 milliard de frs complètent le tableau.

Globalement la loi de finances rectificative de 343,5 milliards de frs porte le budget 2022 à 5567,71 milliards F CFA y compris l’amortissement de la dette. Comparativement à la Loi de Finances initiale, il enregistre une hausse de 368,7 milliards F CFA en valeur absolue et de 7,1% en valeur absolue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Next Post

FÉDÉRATION DÉPARTEMENTALE PDS DE THIES : Les responsables accusent le parti de «manque de considération»

ven Mai 13 , 2022
« Depuis un certain temps, on assiste à un manque notoire de considération vis-à-vis des responsables de la Fédération départementale du (PDS) de Thiès », s’est plaint le responsable libéral Monsieur Sidy Ndiéguene, candidat malheureux de la coalition « Wallu Sénégal » à la mairie de ThièsNord aux dernières élections […]